Féminismes islamiques, Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée numéro 128



Au tournant du XXIe siècle, la notion de féminisme islamique, forgée à partir de la situation iranienne du début des années 1990, est en pleine transformation. Si le débat politique et polémique mondialisé, trop souvent ignoré, que le mouvement intellectuel du féminisme islamique a suscité se fait toujours entendre, ce numéro porte le regard sur les mutations à l’œuvre. Des changements qui invitent à se poser une question renouvelée du féminisme islamique, ou plutôt aujourd’hui, des féminismes islamiques.


 

Vingt ans après, il convient en effet de se demander si le féminisme islamique, né comme un discours intellectuel et militant et diffusé d’abord au sein du monde musulman non arabe, s’est au fil du temps incarné ou inventé dans des pratiques et des mouvements sociaux. Les textes réunis ici abordent les enjeux de ces transformations à partir d’une diversité de contextes nationaux et régionaux : du Proche-Orient (Liban, Palestine, Jordanie), à l’Iran en passant par le Koweit, l’Indonésie, puis le Maghreb (Maroc, Tunisie) et la France. Ils envisagent tout particulièrement le rôle d’un l’islam politique, lui aussi en plein aggiornamento, dans cette nouvelle cartographie des féminismes islamiques.

L’approche sociologique amorcée dans ces pages contribue à redessiner, voire à dépasser parfois la notion même de féminisme islamique. Elle montre un pragmatisme militant féminin hybride, différemment politique, inscrit dans un paradigme post-idéologique. Elle décrit la subversion des assignations au séculier, puis au religieux des décennies précédentes et envisage autrement la troisième vague féministe dans les mondes arabe et musulman.

 

 

 

 

Sous la direction de Stéphanie LATTE ABDALLAH

Avec : Haya AL-MUGHNI, Margot BADRAN, Maryam BEN SALEM, Kinda CHAIB, Karima DIRECHE, Pieternella van DOORN-HARDER, Andrée FEILLARD, Rania HANAFI, Islah JAD, Fatemeh SADEGHI 




Jeudi 6 Janvier 2011
Stéphanie Latte Abdallah dir.