Sites éternels. De Bâmiyân à Palmyre. Voyage au coeur des sites du patrimoine universel.

Sophie Haberbüsch-Sueur



Entrée gratuite, Exposition jusqu'au 9 janvier 2017, Grand Palais, Galerie Est, Paris.
Exposition organisée par la Réunion des musées nationaux – Grand Palais et le Musée du Louvre, en collaboration avec Iconem.
 

L’introduction est engagée avec la malheureuse destruction des bouddhas géants de Bâmiyân en 2001.
L’exposition commence dans un grand espace sombre, sur la projection d’une carte et des 4 sites : Khorsabad, Palmyre, La Grande Mosquée des Omeyyades de Damas, le Krak des Chevaliers.
Sur une musique orientale douce, l’arrivée dans la salle est époustouflante.

De très grandes projection en continu défilent sur les hauts murs et nous immergent nous submergent dans ces témoignages de notre passé à tous, ce qui nous reste et les nouvelles élévations 3D.
Palmyre disparue renaît à travers les images, les murs de Khorsabad s’élèvent en 3D, la Grand Mosquée laisse place à ses mosaïques chatoyantes, puis nous continuons la ballade dans l’intérieur détaillé du Krak des chevaliers.

Depuis de rares images de Palmyre habité en 1930, la cité se découvre, se construit puis se détruit, le après la destruction de 2015 se fond dans l’avant et laisse place aux ruines du Temple de Bêl, du Temple de Baalshamin, de l’Arc de Triomphe et des tours funéraires.

La deuxième salle s’ouvre sur un très grand livre Kalaat-el-hosn (1859-1860) de Louis de Clercq avec une vue générale sur le Krak.
 
Les relevés sont en cours, même en zone de conflits grâce aux technologies des drônes 3D et les vidéos. La numérisation sur les lignes de front apparaît comme une action militante. Un appel est lancé contre le trafic illicite des œuvres qui alimentent les organisations oppressantes.
On laisse en suspend l’épineuse question de la reconstruction : quelle période choisir ? Comment représenter toutes ses vies qui les ont construit, amélioré, agrandi, changé ? Quelle période de leur histoire reconstruire ?
 
Il y a actuellement 37 sites considérés en danger sur les 814 référencés en 2016. C’est notre Histoire, le berceau de nos civilisations.


Remettons en lien avec cet appel de l'ICOM , un appel à la vigileance de chacun.
Sites éternels. De Bâmiyân à Palmyre. Voyage au coeur des sites du patrimoine universel.

Jeudi 22 Décembre 2016
Sophie Haberbüsch-Sueur

Sophie Haberbüsch-Sueur


ISSN 2114-821X



Partager...

Nous suivre...
Newsletter
Facebook
Twitter



Emplois & Concours



Galeries
Exposition Lapita,ancêtres océaniens. Du 9 novembre 2010 au 9 janvier 2011, Musée du Quai Branly
Exposition "Fleuve Congo", Quai Branly, 22 juin au 3 octobre 2010
Exposition Lapita,ancêtres océaniens. Du 9 novembre 2010 au 9 janvier 2011, Musée du Quai Branly
Exposition temporaire : "Baba bling - Signes intérieurs de richesse à Singapour ". Du 05 octobre 2010 au 30 janvier 2011, Musée du Quai Branly
Voile de visage de Bédouine, burqa, Musée du quai Branly. Exposition dossier : "L'Orient des femmes vu par Christian Lacroix". Du 8 février au 15 mai 2011.
Fleuve Congo
Exposition temporaire : Dans le blanc des yeux. Du 9 novembre 2010 au 9 janvier 2011, Musée du Quai Branly
Japanese Still Lifeby Auguste Donnay (1862-1921)Belgium. Early 20th centuryOil on canvas, mountedMusée des Beaux-Arts de Liège (BAL)D.R. The Buddhism of Madame Butterfly. Buddhist Japonism9 September 2015 – 10 January 2016
The Yellow River
Tripode Ding Récipient à aliments avec motifs rapportés
Poupée Kachina
ChauvetSHSAnthropoweb96
Local Fashion around Kard Luang Market - Chiangmai
Sambō-KojinJapanese god included in the Buddhist pantheon as a "temporary manifestation"Japan. 19th centuryWood. H 47 cmFormer collections of the Musée archéologique, 1884Musée d’ethnographie de GenèvePhoto : J. Watts The Buddhism of Madame Butterfly. Buddhist Japonism9 September 2015 – 10 January 2016
Ralf Marsault, Résistance à l'effacement - Nature de l'espace et temporalité de la présence sur les Wagenburgs de Berlin entre 1990 et 1996
ratton_expo_004
Exposition temporaire : Dans le blanc des yeux. Du 9 novembre 2010 au 9 janvier 2011, Musée du Quai Branly
Cape de pluie