L'Ere post-média. Humanités digitales et Cultures numériques




Extrait

Extrait de l'introduction

Humanités digitales et Cultures numériques

Depuis le milieu des années 1980, un renouveau théorique s'est organisé autour de la sociologie des médias (professions, institutions, programmes et contenus) ainsi que d'une sociologie dite de la «réception», empruntant beaucoup aux «cultural studies», puis à une sociologie des «usages» des nouveaux objets de communication et d'information (magnétoscope, téléphonie, télévision, ordinateurs, télématique, domotique, etc.)- Alors que la phase précédente tournait autour de la critique de la notion de massification, des travaux sur les nouveaux objets médiatiques, offrant une certaine «interactivité», vont se réorienter dans une perspective critique par rapport à la «pensée ingénieur» des concepteurs, mais sans négliger l'importance de la technique envisagée comme construction sociale. De nouvelles recherches ont pu ainsi montrer l'insertion et la transformation des usages à travers le social et relativiser le déterminisme technique, tout en reconnaissant la difficulté de l'exercice prospectif pour des usages encore à peine émergents. Aujourd'hui, alors que l'interactivité est une dimension de plus en plus présente dans l'ensemble de nos dispositifs sociotechniques et implique de nouveaux modes de consommation et de relation aux médias et à l'industrie culturelle, à l'image du Web 2.0, il semble urgent de relancer l'examen des modalités de la participation du public.
L'objectif de cet ouvrage est donc double : d'une part, en prenant comme laboratoire une série de projets de recherche et de création artistique, il s'agit d'observer les transformations médiatiques qui y sont à l'oeuvre ; d'autre part, une place centrale est faite à l'examen des nouvelles relations médiatiques qui redéfinissent les contours des dispositifs et des pratiques numériques contemporaines. Ces relations médiatiques, l'implication et les pratiques du public sont approchées de différentes manières : par l'observation, en amont de la participation, de stratégies de captation et de fidélisation du public : contrats de réception et aménagement de prises sur les médias ; par l'examen des conditions potentielles de la participation mises en scène dans des dispositifs informatiques : figures de l'interactivité ; par l'étude de la participation effective, des interactions et de l'implication sociale du public : modes d'interaction entre le média et son public.

De nouveaux laboratoires médiatiques

La première partie du livre questionne la manière dont Internet, les TIC et le numérique ont entraîné une profonde remise en cause des anciens équilibres entre savoirs académiques et productions industrielles. Dans nos «sociétés de connaissance», les processus d'innovation mêlent de plus en plus des compétences internes et externes aux laboratoires de R&D où l'innovation devient le fruit d'interactions entre des acteurs nombreux et variés : les firmes, les laboratoires académiques, les pouvoirs publics, les financiers, les clients ou les utilisateurs. Les outils du Web 2.0 (i.e. l'Internet de deuxième génération), plus rapide grâce aux hauts débits et plus participatif avec les blogs, les vidéos en ligne et autres nouvelles applications - accéléreront-ils l'évolution de ces possibilités de participation citoyenne dans le débat public, de la création de nouvelles relations entre les décideurs et les acteurs de la société civile, de nouveaux services publics plus innovants et porteurs de valeur ajoutée pour les citoyens et les entreprises ? La citoyenneté n'est plus seulement ici une question de diffusion des connaissances savantes constituées (cf. les politiques de «public understanding of science» ou de «culture scientifique et technique»). Elle implique également l'accès de chacun à la production de savoirs et aux décisions sur l'orientation des recherches et des innovations qui façonnent notre monde. Comment partager, non plus une science déjà faite, mais une science en devenir ? Qu'est-ce qu'habiter l'espace public numérique et ses extensions dans l'environnement urbain de la ville ?

Mardi 22 Septembre 2015
dir. Jean-Paul Fourmentraux


ISSN 2114-821X



Partager...

Nous suivre...
Newsletter
Facebook
Twitter






Galeries
Exhibition "The Buddhism of Madame Butterfly. Buddhist Japonism"Scenography by Atelier de scénographie Pascal Payeur, Paris / Photo : MEG, V. Tille The Buddhism of Madame Butterfly. Buddhist Japonism9 September 2015 – 10 January 2016
Exposition temporaire : Dans le blanc des yeux. Du 9 novembre 2010 au 9 janvier 2011, Musée du Quai Branly
The Yellow River
Exposition temporaire : Dans le blanc des yeux. Du 9 novembre 2010 au 9 janvier 2011, Musée du Quai Branly
ChauvetSHSAnthropoweb84
Fleuve Congo
benoue_g_10
ChauvetSHSAnthropoweb121
ChauvetSHSAnthropoweb18
Ralf Marsault, Résistance à l'effacement - Nature de l'espace et temporalité de la présence sur les Wagenburgs de Berlin entre 1990 et 1996
RAMSÈS II (Sésostris) momifié l'an 1258 avant J.C. Pierre LOTI non momifié en l'an 1909
Récipient à sagou
Exposition Lapita,ancêtres océaniens. Du 9 novembre 2010 au 9 janvier 2011, Musée du Quai Branly
Ralf Marsault, Résistance à l'effacement - Nature de l'espace et temporalité de la présence sur les Wagenburgs de Berlin entre 1990 et 1996
Ralf Marsault, Résistance à l'effacement - Nature de l'espace et temporalité de la présence sur les Wagenburgs de Berlin entre 1990 et 1996
Maternity figure with children
Volet de grenier, Exposition "Dogon", Musée du Quai Branly, 5 avril au 24 juillet 2011
Jarre en gris type Cizhou à décor de poisson et plantes aquatiques