La restitution anthropologique, Comment et pour qui ?



Colloque organisé par l'équipe "Anthropologie de la perception" du Laboratoire d'Anthropologie Sociale et le GDRI "Anthropologie et histoire des arts", Musée du Quai Branly, 2 et 3 décembre 2010.


Direction scientifique :

Barbara Glowczewski et Michèle Fiéloux

Laboratoire d'Anthropologie Sociale,
Collège de France


Introduction
Anne-Christine Taylor, Directrice de recherche (CNRS), dirige le département de la recherche et de l’enseignement du musée du quai Branly et le GDRI « Anthropologie et histoire des arts ».
Barbara Glowczewski, Directrice de recherche (CNRS), responsable de l’Equipe « Anthropologie de la perception » (LAS).
Michèle Fiéloux, Chargée de recherche (CNRS/LAS) et réalisatrice.



La restitution anthropologique, Comment et pour qui ?
Session 1 - Restitution et collaboration avec les populations autochtones


Jennifer Deger (Research Fellow, University of NSW, Australie) : « Video Installation as Ritual Space? an experiment from Northern Australia » (Gapuwiyak ).

The three-channel video work Christmas Birrimbirr draws on indigenous aesthetics and ritual performance to produce a space in which viewers (both indigenous and non-indigenous) might experience something of the transformative power of Yolngu ceremony. A sensuous work of affective potency and layered meanings, this explicitly intercultural project is the result of a collaboration between Yolngu directors Paul Wunungmurra and Fiona Yangathu, anthropologist Jennifer Deger and video artist David Mackenzie.
*****

Jessica De Largy Healy (Post doc, affiliée au LAS) : « La restitution des savoirs et ses enjeux locaux: les droits à l’image dans le nord de l’Australie » (Milingimbi).

Si la plupart des peintures sur écorce aborigènes des collections muséales furent réalisées en tant qu’objets destinés à la vente, elles n’en demeurent pas moins des images rituelles dont la reproduction et la circulation sont toujours gouvernées par des règles sociales très précises. En m’appuyant sur l’exemple d’un projet de restitution aux descendants des peintres d’une municipalité de la Terre d’Arnhem, je m’intéresserai ici à la conception autochtone du droit à l’image ainsi qu'aux restrictions qui l’accompagnent, afin de mettre en avant les enjeux méthodologiques que ces questions soulèvent pour les chercheurs.

*****
Laurent Jérôme (Musée de la civilisation, Québec) : « Du terrain au musée, comment co-écrire l’autochtonie? Restitutions et processus participatifs de création avec les Premières Nations et les Inuit du Québec ».

 
Dans cette communication, je situerai le projet d’exposition du Musée de la civilisation sur les Premières Nations et les Inuit du Québec dans une réflexion plus large sur la décolonisation des recherches et des savoirs en milieux autochtones contemporains. Un terrain anthropologique marqué par des contestations de la figure de l’anthropologue et de ses méthodes de recherches servira de base à cette réflexion. Je dresserai des parallèles entre les particularités de la pratique anthropologique en milieux autochtones et la création d’une exposition dont le concept général de création s’articule autour des notions de restitution, de partage des connaissances et de participation. Plus largement, il s’agira de livrer un regard croisé, anthropologique et muséal, sur les expressions contemporaines de l’autochtonie et sur les défis qui se posent dans la mise en place de partenariats avec les Autochtones. 

*****

Discussion animée par Françoise Vergès (Présidente du Comité pour la Mémoire et l’Histoire de l’Esclavage, Goldsmiths College, University of London)


Session 2 - Musée, collection, patrimoine. De la restitution au sens


Marie Mauzé (Directrice de recherche CNRS/LAS): «Patrimoine cérémoniel et restitution. Quels enjeux pour la communauté d’origine? Le cas des Kwakwaka’wakw de la Colombie britannique (Canada) ».

Une importante collection d’objets cérémoniels confisqués aux Kwakwaka’wakw en 1922 a été restituée par plusieurs institutions muséales (Canada et Etats-Unis) au cours de ces trente dernières années. Elle est aujourd’hui abritée dans deux musées locaux. Il s’agira de rappeler brièvement l’histoire de la confiscation et de la restitution de cette collection dite Potlatch Collection et de montrer comment les enjeux politiques, identitaires et culturels ont été traités dans la muséographie de chacun des musées. Alors que l’un semble aujourd’hui être resté replié sur lui-même, l’autre est ouvert à de nouvelles formes de collaboration et de partenariat avec des établissements nord-américains et européens impliquant un partage des connaissances. On s’interrogera sur la manière diamétralement opposée avec laquelle est traité un patrimoine culturel au sein d’une même société, ce qui implique une véritable réflexion épistémologique sur le phénomène de restitution.

*****

Andràs Zempléni (Directeur de recherche émérite CNRS/LESC): « La niche multimedia « Divination sénoufo » du musée du quai Branly: des idées aux techniques de restitution de l’expérience divinatoire par le son, l’image, l’écrit et l’espace bâti ».

 
*****

Michèle Fiéloux (CNRS/LAS) : « Reconstruction et scénographie d'un autel lignager lobi par son détenteur dans le cadre d'une exposition d'art contemporain » (Düsseldorf, 2001).

Analyse de l'expérience inédite vécue par un devin et guérisseur lobi dans le fait de reconstruire son propre autel domestique, encore actif sur le plan social et religieux, dans le cadre d'une exposition internationale. Par ailleurs, la restitution de cette expérience a fait l'objet d'un film co-réalisé avec J. Lombard "Le voyage de Sib" (2005) dont on présentera des extraits concernant le façonnage des deux autels.

*****

Discussion animée par Brigitte Derlon (EHESS/LAS)

La restitution anthropologique, Comment et pour qui ?
Session 3 - L’ Internet: source de nouvelles écritures ?


André Gunthert (historien HESS/Lhivic): « Une plateforme de blogs pour la recherche, Culturevisuelle.org ».

*****

Dominique Schoeni (Ecole Polytechnique, Lausanne): « Retour sur la revue ethnographiques.org. Réflexions autour de l’appropriation des ressources multimedia »

******

Sophie Haberbüsch (anthropologue, entrepreneure) : Présentation du Portail des Sciences Humaines, AnthropoWeb 

******

Elisabeth de Pablo (ESCom, Projet ASA-SHS - Atelier de Sémiotique Audiovisuel) : "Présentation d'un environnement pour la gestion et l'exploitation d'archives audiovisuelles"

******

Discussion animée par Nadine Wanono (CNRS/CEMAf)

Session 4 - L’image, un avenir pour l’anthropologie ?


Ralf Marsault (anthropologue et photographe) : « Exposer la culture des Wagenburgen berlinois au Musée de Kreuzberg ». Extrait du film réalisé par Jean Arlaud sur l’exposition.

Mon intervention voudrait expliciter les choix curatoriaux qui ont permis aux habitants des Wagenburgen berlinois de témoigner sur leur propre culture :
Un extrait du film de Jean Arlaud "Wagenburgleben in Berlin" sera visionné, ainsi qu'un court morceau d'entretien vidéo avec une jeune fille du Wagenburg qui a lu mon livre et m'en a fait une lecture critique.  Le concept de l'exposition organisée au Kreuzberg museum sera ainsi précisé en montrant comment le dispositif a été mis en place pour permettre aux campements de prendre (ou non) la parole pour se raconter dans les limites de ce qu'ils souhaitaient proposer en partage.
 
*****

Caterina Pasqualino (CNRS/IIAC): « Le terrain comme catharsis ». Extrait d’un film sur le flamenco gitan.

Se situant à la croisée de plusieurs disciplines (études théâtrales, esthétique, performance studies et anthropologie), la démarche proposée considère que la construction de l’objet de connaissance repose, non sur une observation distante, mais sur un principe d’expériences partagées instituant le terrain comme mise en scène. Caterina Pasqualino propose une discussion sur les capacités de l'image à changer les données de l’enquête de terrain. L’image filmée implique en effet une mise en scène collective, soit un « face à face » qu’il est fondamental de prendre en compte. La caméra n’est pas un instrument neutre : non seulement sa présence déclenche une interaction, mais elle force parfois les situations, contraignant les acteurs à se dévoiler plus qu’ils ne l’auraient fait dans une situation de simple dialogue. 

*****

Patrick Deshayes (Professeur, Université de Lyon 2): « Les dix commandements: de la construction d’une image d’un peuple à sa restitution ». (Pérou, Israël). Extrait du film Les dix commandements d’Ezéchiel (2009).

*****

Florence Brunois (CNRS/ LAS) : « Conserver qui, quoi, comment de la forêt des Kasua en Nouvelle Guinée? Une question d’éthique ontologique ou médiatique ».

*****
Discussion animée par Jacques Lombard (Directeur de recherche, GDRI « Image et Anthropologie »)

Session 5 - Ce que l’on peut dire, montrer ou pas


Aïda Kanafani-Zahar (CNRS/LAS) : « L’image et la parole de la mémoire. Le Liban après la guerre civile. » Extraits de Liban: réconciliations d’après- guerre (2004, écrit par Aida Kanafani-Zahar et co-réalisé avec Olivier Doat).

  • Le film sera diffusé sur France Ô, le 13 avril 2011 à 21h30
Tourné avec deux familles frappées par la perte de leurs proches dans les massacres (guerre civile du Liban 1975-1990), le documentaire « Liban : réconciliations d’après-guerre »* montre deux rapports à la parole de la mémoire : une levée très partielle du scellé dans laquelle la parole a été mise dans un cas et une parole retenue dans l’autre. La restitution de la recherche anthropologique par l’image du documentaire pose plusieurs questions dont le statut de la parole de la mémoire dans une société meurtrie par une guerre civile.
Ecrit par Aïda Kanafani-Zahar, réalisé par Olivier Doat et Aïda Kanafani-Zahar, Alif Productions, Paris, 2004, 57’.

 *****

Monique Jeudy-Ballini (Directrice de recherche, CNRS/LAS):  « La promesse de non-restitution comme condition de l’enquête ethnographique. » (Nouvelle-Bretagne, Papouasie Nouvelle-Guinée).

Lors de mes investigations relatives aux activités secrètes d'un mouvement messianique en Nouvelle-Bretagne (Papouasie Nouvelle-Guinée), le responsable de ce mouvement conditionna mon accès aux informations à la promesse que ces dernières ne fassent jamais retour dans son pays. L'hostilité et les brimades dont il était l'objet de la part de l'administration locale peuvent éclairer en partie les raisons de cette demande. Mais la volonté de soustraire ses activités au danger de transparence ne constitue pas la seule explication. L'hypothèse que je me propose d'expliciter, en effet, est que la non-restitution des données recueillies — autrement dit le fait que le savoir communiqué reste dans mon pays —, se trouvait créditée à ses yeux d'une efficacité rituelle.

*****

Corinne Fortier (CNRS/LAS): « L’entretien anthropologique comme espace de restitution de son histoire et/ou de son image ».

*****

Perig Pitrou (Post doc, musée du quai Branly) : « Restitution d’images filmées lors d’une enquête sur le sacrifice et usage local d’Internet (Mexique) ».

 

Session 6 - Table ronde Engagements et malentendus de la restitution grand public


Carole Ferret (CNRS/LAS): « ’Ils ne vont pas comprendre…’ Réduction, affinage et scories de la vulgarisation ».

******

Marie Dominique Mouton (Responsable de la bibliothèque Eric-de-Dampierre/LESC) : « Restitution des données anthropologiques ».
 
******
 
Antoinette Molinié (Directrice de recherche, CNRS/LESC) "Émergence des néo-cultures"

*****

Michael Houseman (Directeur d’études EPHE, CEMAf) : « Le recyclage ethnographique dans les rites New Age et néo-païens ».

******

Rozenn Milin : (Directrice du programme Sorosoro): « Un programme et un site pour la sauvegarde des langues menacées ».

Le programme Sorosoro oeuvre à la documentation des langues et cultures en danger à travers le monde sur des supports audiovisuels. Des équipes de tournage sont envoyées sur le terrain pour filmer les éléments pertinents sur ces langues, en complément du travail académique accompli par les scientifiques. Comment ces équipes sont-elles perçues sur le terrain? Comment restituer aux populations locales les matériels filmés ? Comment un tel travail peut-il être utile aux communautés ? C'est à ces questions que Rozenn Milin tente de répondre en s'appuyant sur de nombreuses vidéos que l'on peut retrouver sur www.sorosoro.org


*****

Discussion animée par Barbara Glowczewski (CNRS/LAS).

Jeudi 24 Février 2011
Barbara Glowczewski, Michèle Fiéloux

Barbara Glowczewski, Michèle Fiéloux

ISSN 2114-821X



Partager...

Nous suivre...
Newsletter
Facebook
Twitter



Emplois & Concours



Galeries
"Théâtre des voyages et des actualités"
Local Fashion around Kard Luang Market - Chiangmai
Exposition temporaire : "Baba bling - Signes intérieurs de richesse à Singapour ". Du 05 octobre 2010 au 30 janvier 2011, Musée du Quai Branly
Poupée Kachina
Déguisement de Sourvaskar ( Bulgarie)
Musée du quai Branly. Exposition temporaire : « Maori, leurs trésors ont une âme ». Du 4 octobre au 22 janvier 2012. Vue de l'exposition.
Exposition "Fleuve Congo", Quai Branly, 22 juin au 3 octobre 2010
Buschmen
Japanese Still Lifeby Auguste Donnay (1862-1921)Belgium. Early 20th centuryOil on canvas, mountedMusée des Beaux-Arts de Liège (BAL)D.R. The Buddhism of Madame Butterfly. Buddhist Japonism9 September 2015 – 10 January 2016
Cape de pluie
Sambō-KojinJapanese god included in the Buddhist pantheon as a "temporary manifestation"Japan. 19th centuryWood. H 47 cmFormer collections of the Musée archéologique, 1884Musée d’ethnographie de GenèvePhoto : J. Watts The Buddhism of Madame Butterfly. Buddhist Japonism9 September 2015 – 10 January 2016
Figure Tellem, Exposition "Dogon", Musée du Quai Branly, 5 avril au 24 juillet 2011
ChauvetSHSAnthropoweb43
Musée du quai Branly. Exposition temporaire : « Maori, leurs trésors ont une âme ». Du 4 octobre au 22 janvier 2012. Vue de l'exposition.
Musée du quai Branly. Exposition dossier : "L'Orient des femmes vu par Christian Lacroix". Du 8 février au 15 mai 2011. Vue de l'exposition.
At a Tent Near You
benoue_g_10
ratton_024