Fauves - Dossier des spectacles

Sophie Haberbüsch



Fauves - Dossier des spectacles

La Coma et son maître d’oeuvre, Michel Schweizer, avaient déjà troublé les rangs de la salle Gémier en 2004 avec le projet Scan. Inclassable, proche de l’art chorégraphique même s’il ne se définit pas comme chorégraphe, Michel Schweizer traque nos travers contemporains avec des outils neufs, une certaine ironie, une écoute attentive, un sens aigu de la mise en scène. Fauves, dernier projet en date, s’appuie sur un groupe d’adolescents danseurs et chanteurs amateurs. Mais l’ambition secondaire de Michel Schweizer serait ici « d’apporter un éclairage particulier sur comment ces corps heureux en devenir se bâtissent dans les turbulences des mutations culturelles que nous traversons. Comment ce temps de construction de soi se nourrit aujourd’hui de la question centrale du rapport au désir et au plaisir que ces jeunes entretiennent à travers leurs conduites sociales ». Il s’agira alors d’exposer la puissance de l’affirmation de soi comme l’emblème propre à ces verticalités conquérantes, et Michel Schweizer d’ajouter : « Fauves, c’est de nouveau aller à la rencontre d’un “monde” ».

 

Philippe Noisette

 

 

Anticodes c’est quoi ? La deuxième édition d’un festival de création dans trois grandes villes 

en France. Une manifestation itinérante, un festival en trois étapes.

Anticodes c’est qui  ? Le festival est imaginé par trois pôles de création de taille et de fonctionnement très différents. Ils unissent leurs envies et leurs moyens pour épauler des artistes qu’ils aiment. Chaque lieu agit en toute liberté. Chacun fait se croiser des artistes choisis en commun et d’autres qui sont ses choix propres. 

Anticodes est imaginé pour les artistes : Anticodes met en place une dynamique originale pour favoriser la circulation d’artistes singuliers, leur donner des moyens de travail et de production. L’intérêt premier est d’assurer aux artistes choisis en commun, des conditions de diffusion dans trois villes différentes comme point de départ et leur permettre ainsi de se confronter à des territoires pluriels, à des publics divers.

Anticodes est imaginé pour les publics : Anticodes est convaincu que la rencontre entre les langages de l’art contemporain et le grand public est possible. Nous ne lui garantissons pas la satisfaction du consommateur mais le choc des esthétiques. Nous lui proposons de ne pas fonctionner sur les à-priori du consensus culturel. 

Anticodes tente un agir artistique commun. Anticodes n’est contre rien, c’est un festival pour tenter de prendre les habitudes à rebours, ouvrir des espaces de création autrement. 

Anticodes se veut prospectif et impertinent, inclassable, transdisciplinaire !

Jacques Blanc, Dominique Hervieu, Cathy Bouvard et Guy Walter


 

Du 3 au 12 mars 2011, Théâtre National de Chaillot


 

 

  • Dossier de l'exposition en pièce jointe
dp_anticodes11_1_.pdf dp_anticodes11(1).pdf  (3.72 Mo)