Bilmawen chez les Seksawa ou le langage paradoxal d’une chèvre


Les Seksawa sont bien connus depuis que Jacques Berque, dans les années 1950, et à sa suite Paul Pascon y ont consacré une étude approfondie sur leur organisation sociale(1). Ce groupe humain se répartit dans une vallée de montagne du Haut-Atlas traversée par une piste de plus de 60km qui s’élève vers le plateau de transhumances estivales du Tichka. Assez éloignées de la plaine, ces populations ont gardé un fort attachement aux traditions amazigh. Le Bilmawen(2) marque un moment de l’année. Il est un personnage qui passe de maison en maison et à sa façon rappelle l’essence de cette culture. Nous proposons de suivre sa trace et d’apporter notre interprétation sur son rôle et la fonction qu’il occupe.

L’accès à cette ressource est réservé aux abonnés.

Pour veiller, partager, votre actualité scientifique francophone, abonnez-vous à partir de 4,5€

Bilmawen chez les Seksawa ou le langage paradoxal d’une chèvre
Rédigé le Mardi 9 Mars 2010