L'anthropologie sous le regard de l'art, Réflexion autour de l'oeuvre d'El Anatsui


L’anthropologie, comme toutes disciplines scientifiques, doit sans cesse s’adapter aux nouvelles réalités sociales, culturelles, politiques ou économiques, avec d’autant plus de ferveur, qu’elle est un moyen d’étude des sociétés et des cultures en perpétuel changement. De surcroît, elle est tenue de se diversifier, pour se détourner des théories globalisantes et, appréhender au mieux notre monde nomade et complexe. Lorsqu’elle s’intéresse à l’art contemporain africain, l’anthropologie doit jongler avec de nouvelles façons de penser et un espace-temps plus large. Pour la plupart des artistes contemporains, l’artiste ne vit pas hors du monde, il fait partie d’une chaîne sociale. En cela, il participe à la compréhension de son environnement et à la recréation d’une mémoire individuelle et collective. L’histoire du monde se fait à plusieurs voix et les anthropologues doivent dialoguer directement avec les artistes, susceptibles aujourd’hui de contester leur point de vue. Toma Muteba Lutumbe crée notamment une œuvre intitulée La collection ethnographique ou la collection Meyer-Jacob, qui fait référence à la célèbre collection Barbier-Mueller. La réalité est retravaillée par l’imaginaire de l’artiste qui nous montre qu’à travers les collections ethnographiques, nous avons à faire avec une certaine vision de l’Afrique. Il dénonce le sort fait à l’art africain, par la fiction, par la vie d’un ethnologue virtuel, dans un langage particulier.

L’accès à cette ressource est réservé aux abonnés.

Pour veiller, partager, votre actualité scientifique francophone, abonnez-vous à partir de 4,5€

L'anthropologie sous le regard de l'art, Réflexion autour de l'oeuvre d'El Anatsui
Rédigé le Mercredi 7 Avril 2010