La territorialité des pañas dans la terre de personne


Un des sujets les plus importants lorsqu’on parle de l’île de San Andrés c’est la terre et son appropriation par les habitants. D’un côté, on entend parler de l’appropriation abusive de la terre mené par le Gouvernement Central et aussi par les continentaux colombiens, appelés offensivement « pañas ». Mais on entend aussi un autre discours, cette fois dans un domaine plus privé, de la part des insulaires-raizales-natifs qui désirent vendre librement leur propre terre. Pour aller au-delà du simple point de vue de la possession, l’article aura comme objet de montrer comment le rapport avec la terre joue un rôle dans la construction d’un sens de propriété chez les « pañas » dans l’espace géographique qu’est la société insulaire de San Andrés.

L’accès à cette ressource est réservé aux abonnés.

Pour veiller, partager, votre actualité scientifique francophone, abonnez-vous à partir de 4,5€

La territorialité des pañas dans la terre de personne
Rédigé le Jeudi 23 Juin 2011