Les représentations socioculturelles de la maladie chez les Lébu de Yoff


Les sociétés africaines sont restreintes, très cohésives. C’est dire que le comportement de solidarité, définissant essentiellement l’homo socius africain, se réalise principalement, sous l’aspect de la réciprocité, de l’entraide entre divers groupes nettement différenciés et stratifiés. Elles fusionnent étroitement les individus qui sont investis totalement dans le groupe. Individu et groupe sont confondus dans une même unité, prolongée par les ancêtres et les génies ou esprits familiaux. C’est dans ce sens que ORTIGUES E et CECILE M soutiennent: «Le surnaturel est une expérience inhérente à la vie sociale, inséparable de ce que l’on vit et de ce que l’on voit. La seule véritable alternative consiste à intégrer dans la société la puissance mystérieuse qui deviendrait sans cela source d’égarement et de folie »(1).

L’accès à cette ressource est réservé aux abonnés.

Pour veiller, partager, votre actualité scientifique francophone, abonnez-vous à partir de 4,5€

Les représentations socioculturelles de la maladie chez les Lébu de Yoff
Rédigé le Mercredi 31 Mars 2010