Exposer la culture des Wagenburgen au Musée de Kreuzberg


Depuis une dizaine d’années, notre recherche s’occupe à rendre compte de la nature des échanges qui s’organisent sur ces campements de camions et caravanes, formes semi-nomades de squats stationnés au coeur de Berlin. On en dénombre une douzaine encore aujourd’hui sur des terrains vagues, autant publiques que privés au titre du foncier, et que l’on appelle les Wagenburgen. Dans une étude initiale (Marsault, 2010), nous avions documenté le quotidien de deux de ces campements. Ils ont été démantelés par la police en 1993 et 1996 suite à des problèmes sanitaires et désordres divers liés aux trafics de substances illicites qui s’y pratiquaient. Mais ces deux aventures s’inscrivaient dans un ensemble beaucoup plus général. D’autres Wagenburgen s’étaient constitués avant cette époque et ont continué d’exister après. Nous y avons repéré ainsi, au gré des installations, démembrements, évictions et déménagements, quand les intérieurs des caravanes et des camions venaient à s’extraire de leur intimité pour s’exposer à la vue de tous, qu’une production d’objets trahissait l’expression d’un soucis esthétique évident et une réflexion sur la plasticité des formes manifeste.  

L’accès à cette ressource est réservé aux abonnés.

Pour veiller, partager, votre actualité scientifique francophone, abonnez-vous à partir de 4,5€

Exposer la culture des Wagenburgen au Musée de Kreuzberg
Rédigé le Mercredi 2 Mars 2011