Psychothérapie démocratique




La psychothérapie vit intensément son paradoxe. Elle est attaquée de toutes parts et, semble-t-il, à bon escient. Le dispositif est contraire aux habitudes démocratiques : théories opaques et floues, absence d évaluations, déroulement des séances sans témoins, formations non universitaires au sein d instituts privés, quelquefois livrés aux fantaisies de gourous. Et pourtant, il n y a jamais eu autant de personnes touchées par la psychothérapie (de 10 à 20% de la population générale en France). Apprentissage scolaire, adolescence, premières rencontres sexuelles, grossesse et accouchement, deuils, chocs et traumatismes : tous les événements qui surviennent nécessairement dans la vie de chacun relèvent désormais de la psychothérapie. 
Si l on jette un regard hors des frontières, dans des mondes non européens, en Afrique notamment ou dans les grands pays d Asie comme l Inde ou la Chine, on constate alors que les logiques y sont toutes différentes. Sans doute le même pourcentage de la population recourt-il à des dispositifs de prise en charge, d accompagnement, de réhabilitation, mais ces dispositifs sont très différents de ceux qu on rencontre au sein de la modernité occidentale et relèvent d autres logiques, d autres paradigmes.

Auteur de succès comme La Nouvelle Interprétation des rêves, L Influence qui guérit ou Psychanalyse païenne, anthropologue et psychanalyste, Tobie Nathan est l un des grands représentants de l ethnopsychiatrie. Il a été professeur de psychologie clinique et pathologique à l'université Paris-VIII et directeur du Centre Georges-Devereux.
Nathalie Zajde est maître de conférences en psychologie à l université Paris-VIII. Elle a notamment publié Les Enfants cachés de France, Enfants de survivants et Guérir de la Shoah.

Mardi 12 Juin 2012
Tobie Nathan, Nathalie Zajde