Les graffiti sur les murs des églises de l'Oise. Marqueurs d'identité rurale ?


Les graffiti sont nombreux et variés. Incisés dans la pierre calcaire des églises, ils représentent des croix, des cupules, des bâtiments, des animaux, des motifs « ornementaux », des personnages, des outils, des blasons… De composition et de facture tantôt naïves et simples tantôt recherchées et complexes, ces incisions, si elles peuvent prétendre parfois au statut d’œuvres d’art, demeurent toujours des témoignages historiques précieux à la signification quelque peu obscure.



Le département de l’Oise n’est pas le seul à posséder des églises dont les murs extérieurs sont parsemés de graffiti, loin s’en faut. Pour n’évoquer que les départements limitrophes de la Somme, de l’Aisne et de la Seine Maritime, tous sont concernés – à des degrés divers – par ce phénomène. Mais, à bien y regarder, l’Oise possède certains graffiti tout à fait originaux et remarquables. Ces gravures sont la manifestation d’une pratique semblant essentiellement rurale même si les graffiti de l’ancienne église Saint-Pierre de Senlis montrent que, ponctuellement, des procédés semblables furent à l’œuvre dans les villes.

Un relevé et un inventaire de ces graffiti, s’inscrivant dans une approche géographique beaucoup plus vaste – Picardie, Normandie et Ile-de-France – a été réalisé par Christian Montenat et Marie-Laure Guiho-Montenat et publié par le Groupe d’Étude des Monuments et Œuvres d’art de l’Oise et du Beauvaisis en 2003. Ce travail s’accompagnait d’un essai d’interprétation et de classification de ces « prières des murs » ainsi baptisées par les deux auteurs et permit de les dater, pour la majorité, des XVIIe et XVIIIe siècles.

Ce travail colossal, une recherche sur le terrain et dans les archives ont permis de proposer une piste de réflexion sur le sens de certains de ces graffiti autour de trois grands ensembles de représentations.

L’accès à cette ressource est réservé aux abonnés.
Pour veiller, partager, votre actualité scientifique francophone, abonnez-vous à partir de 4,5€

Les graffiti sur les murs des églises de l'Oise. Marqueurs d'identité rurale ?
Rédigé le Lundi 11 Février 2013


ISSN 2114-821X



Nous suivre...
Newsletter
Facebook
Twitter

Intégrer nos actus
Rss Rss

Partager...






Galeries
Masque anthropomorphe
Musée du quai Branly. Exposition temporaire : « Maori, leurs trésors ont une âme ». Du 4 octobre au 22 janvier 2012. Vue de l'exposition.
Maternity figure with children
Occupied Pleasures
Masque anthropomorphe
Coupe avec couvercle surmonté d'un cavalier, Exposition "Dogon", Musée du Quai Branly, 5 avril au 24 juillet 2011
Japanese Still Lifeby Auguste Donnay (1862-1921)Belgium. Early 20th centuryOil on canvas, mountedMusée des Beaux-Arts de Liège (BAL)D.R. The Buddhism of Madame Butterfly. Buddhist Japonism9 September 2015 – 10 January 2016
ChauvetSHSAnthropoweb10
Lit nuptial en cèdre blanc sculpté dans le style Penang, Exposition temporaire : "Baba bling - Signes intérieurs de richesse à Singapour ". Du 05 octobre 2010 au 30 janvier 2011.
Exhibition "The Buddhism of Madame Butterfly. Buddhist Japonism"Scenography by Atelier de scénographie Pascal Payeur, Paris / Photo : MEG, V. Tille The Buddhism of Madame Butterfly. Buddhist Japonism9 September 2015 – 10 January 2016
RAMSÈS II (Sésostris) momifié l'an 1258 avant J.C. Pierre LOTI non momifié en l'an 1909
Ralf Marsault, Résistance à l'effacement - Nature de l'espace et temporalité de la présence sur les Wagenburgs de Berlin entre 1990 et 1996
ratton_expo_004
Exhibitions, l'invention du sauvage
Coupe en or munie d'une anse