Michèle Fieloux, Jacques Lombard



Galerie de photos
contporain113
sujetsociété23
41yB3AkzjLL._SL500_
contporain112
contporain1
sujetsociété221
sujetsociété2
contporain111
contporain11
contporain13
dechiffrer1A
contporain12
contporain132
contporain122
contporaingenal
contporain131
contporain121
51DLk-4Dx0L._SY445_


1990 Michèle Fiéloux et Jacques Lombard, Les Mémoires de Binduté Da, film 16 mm couleur, 52' Producteurs: LA SEPT, ATRIA-FILMS, CNRS.

Comment fabriquer une mémoire commune pour conserver le souvenir d'un parent disparu qui avait épousé plus de vingt femmes et était ainsi entouré par une centaine d'enfants!
En participant à ce rituel des secondes funérailles de Binduté Da en pays lobi au Burkina Faso, on découvre comment s'opère cette transmutation du défunt en ancêtre à travers le rappel symbolique des éléments clefs de sa vie mais aussi grâce à l'évocation de son histoire la plus personnelle par ses fils aînés.
Premier Prix du Royal Anthropological Institute, Manchester, 1990.
Mentions spéciales pour sa contribution au cinéma anthropologique, Festival Scientifique, Palaiseau, 1990.
Grand Prix au Festival du Film Sociologique et ethnographique, Saintes, 1990.





1989 Jacques Lombard, Aloalo, vidéo U-Matic, couleurs, 8' ORSTOM.

Description de la fabrication d’un aloalo, poteau funéraire, par Efiambelo, sculpteur mahafale du Sud-Ouest de Madagascar. Ces sculptures, dressées sur le tombeau, sont surmontées de scènes de la vie quotidienne qui évoquent la vie du défunt. Film réalisé pour l’exposition du Musée des Arts Africains et Océaniens, « Madagascar, Arts de la vie et de la survie » 1990.





1988 Jacques Lombard, Le départ du taureau, Vidéo U-Matic couleurs, 20' Orstom-Mrstd.

Nous sommes dans le sud-ouest de Madagascar. Il y a six mois déjà, un grand éleveur de boeufs est mort,. Dans sa maison, chaque jour, seule, sans presque jamais sortir, sa veuve l’a veillé. Aujourd’hui, alors que son tombeau s’achève, ses parents, ses amis, son troupeau vont l’accompagner. Il partira, cette fois définitivement, rejoindre ses ancêtres, laissant derrière lui une trace, un dernier souvenir de l’univers des vivants : une sépulture hérissée de bois sculptés, chacun portant une image de la vie, de ses passions et de ses rêves.





1988 Le divorce d'un tireur de pousse, 23', IRD Premier prix au Festival de Royan 1989.

Voilà 10 ans que Mahavelo a quitté son village natal. Il vit à Tuléar dans le sud de Madagascar et travaille comme tireur de pousse-pousse pour aider les siens à reconstituer le troupeau familial sacrifié à l’occasion des funérailles de son grand-père paternel. En effet, l’homme qui meurt pauvre, sans boeufs pour l’accompagner dans l’au-delà, sera errant, exclu du monde des ancêtres. Le père de Mahavelo l’oblige à divorcer, lui reprochant de ne jamais rien envoyer au village, car il pense que sa femme dépense tout l’argent gagné. La pression des aînés est immense, Mahavelo doit céder...





1 2 3 4 5




Site créé par Sophie Haberbüsch-Sueur pour Michèle Fiéloux et Jacques Lombard

dans le Portail Anthropoweb.com